Retour en haut de la page
< Retour aux actualités

Trois bouteilles récoltées sous Louis XV et vendues sous Emmanuel Macron

29 mai 2018

De Louis XIV à Louis Pasteur, la vente de la cave du commandant Grand est historique à plus d’un titre, notamment grâce à la présence de trois flacons ayant traversé les siècles.

De Louis XIV à Louis Pasteur, la vente de la cave du commandant Grand est historique à plus d’un titre, notamment grâce à la présence de trois flacons ayant traversé les siècles.

Patinés par la poussière, les 115 lots mis en vente ce samedi 26 mai par Jura Enchère tiennent lieu d’archives de l’histoire franc-comtoise. Le catalogue allant de flacons d’Arbois rouge de 1811 à des marcs d’Arbois de 1943. Mais les trois bouteilles stars de l’évènement sont encore plus anciennes, ayant été embouteillées en… 1774.

« L’histoire est pittoresque. On parle d’un vin dont les vignes ont été plantées sous Louis XIV, dont les raisins ont été récoltés sous Louis XV et qui a été mis en bouteilles sous Louis XVI » note le commissaire-priseur Philippe Etievant (Jura Enchère). Qui ajoute qu’« il n’y avait pas de clavelin alors, ces bouteilles ont une forme champenoise et des griffures typiques de la verrerie de la Vieille-Loye, de la forêt de Chaux ».

Louis Pasteur

Issues d’un fût probablement oublié un temps indéterminé, ces bouteilles ont été conservées par huit générations de la famille Vercel, dans leur cave d’Arbois. Ami de cette famille Vercel, le docteur Louis Pasteur aurait d’ailleurs débouché une de ces fameuses bouteilles de 1774 pour son entrée à l’Académie Française*. Faute d’héritiers, la garde de cette cave fut transmise à une filleule, jusqu’à être reprise par Georges Grand, soldat de la Grande Guerre, tout simplement surnommé le « Commandant Grand », et historien du Jura, son Histoire d’Arbois faisant référence depuis 1958.

Transmise à ses descendants, cette cave historique a vu sa légende contemporaine se construire lors de deux dégustations, en 1992 et 1994. Avec une note moyenne de 9,4/10 pour les 24 dégustateurs de la deuxième dégustation, les commentaires faisaient état de vins d’une finesse et d’une race inattendues pour leur grand âge. Une expérience « à recommencer dans un siècle » estimait à l’époque un dégustateur.  […]

* : Élu en 1881 au siège 17, suite à la disparition d’Émile Littré, il a été reçu le 27 avril 1882.

Source : Vitisphère, Vendredi 18 mai 2018 par Alexandre Abellan.

Crédit photo : Jura Enchère

 

 

À lire aussi
Archives mensuelles