Retour en haut de la page
< Retour aux actualités
Histoire de la tonnellerie

Origines du tonneau

17 juin 2021

Les sources historiques et archéologiques

L’histoire du tonneau remonte à l’Antiquité comme en témoignent plusieurs découvertes archéologiques ainsi que certaines sources historiques et iconographiques. Les découvertes archéologiques ne fournissent néanmoins que des informations partielles sur l’histoire du tonneau car le bois, matériau périssable, se décompose et disparaît au cours du temps. Le bois ne se conserve que dans des conditions bien particulières, lorsqu’il est à l’abri de l’air et de la lumière, dans des sites couverts en permanence par les eaux comme les tourbières, les lacs ou les puits. Les principales découvertes archéologiques ont ainsi eu lieu dans des puits où les tonneaux étaient utilisés en réemploi comme cuvelage de puits. Dans son ouvrage Le tonneau en Gaule romaine (2001), Élise Marlière recense plus de 200 tonneaux datant du 1er siècle avant J.-C. au 4e siècle après J.-C.

Les sources historiques, bien que peu nombreuses, sont précieuses pour tenter de retracer l’histoire du tonneau. César dans La guerre civile évoque par exemple sa présence à Marseille lors du siège de la ville en 49 avant J.-C. : « [les Marseillais] allument des tonneaux remplis de poix et de goudron et les précipitent du haut de la muraille sur la galerie. Ces tonneaux roulent, et quand ils sont tombés par les côtés, on les écarte de notre ouvrage avec des perches et des fourches. » La Guerre des Gaules décrit également des tonneaux enflammés que les Gaulois faisaient dévaler sur les Romains au siège d’Uxellodunum. Strabon signale l’existence, à Aquilée, de jarres de bois « grandes comme des maisons ». Enfin, dans son Histoire naturelle (Livre XIV), Pline l’Ancien affirme qu’autour des Alpes le vin est conservé dans des récipients en bois entourés de cercles.

Quelques stèles et bas-reliefs permettent par ailleurs d’avoir une idée de la forme qu’arboraient les tonneaux à la fin de l’Antiquité.

 

Des origines qui font aujourd’hui encore débat

La majorité des chercheurs s’accorde sur le fait qu’il est très difficile de dater l’origine et le lieu d’invention du tonneau.

Élise Marlière indique à ce sujet que « la question de la genèse du tonneau pâtit elle aussi de la détérioration des vestiges hors des puits. Les rares exemplaires de La Tène finale [150 à 58 avant J.-C.] qui nous sont parvenus sont actuellement les plus anciens, mais ils sont peut-être récents dans l’histoire du tonneau. En l’absence de textes et de mobilier archéologique antérieur, il est illusoire de tenter de déterminer précisément l’époque et le lieu où le tonneau a été inventé, de saisir l’instant où un simple fabricant de seaux et de cuves est devenu tonnelier grâce au concept génial du cintrage. » L’histoire de la boissellerie (dont on trouve l’une des premières représentations chez les Étrusques avec la « Tombe des Jongleurs » de la nécropole de Monterozzi en Italie) et de la tonnellerie sont intimement liées jusqu’au 19e  siècle. Jusqu’à cette période, les tonneliers, présents dans la grande majorité des villages, fabriquaient tous types de récipients de bois (seaux, brocs, baquets, barattes, bouées, cuves…) comme en témoignent la planche 3 de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert consacrée au métier de tonnelier.

Si l’origine du tonneau reste controversée (Celtes, Étrusques, Rhètes ?), Maryvonne Perrot précise que « son utilisation à grande échelle est incontestablement à mettre au compte des Romains, qui, dès l’époque augustinienne, ont su tirer parti des avantages de ce contenant pratique pour transporter le vin en grande quantité et assez loin, en particulier jusqu’aux camps militaires de la frontière rhénane. En effet, le tonneau se révèle un moyen idéal aussi bien pour le transport terrestre que maritime et fluvial. »

Marguerite Gagneux-Granade, qui s’appuie sur différentes découvertes archéologiques et les collections de plusieurs musées italiens, précise quant à elle que l’invention du tonneau ne peut être attribuée aux Étrusques. Son lieu d’invention se situerait plutôt « dans le Trentin-Tyrol du Sud, au Nord de la Cisalpine », région du Nord de l’Italie, à la frontière avec la Suisse et l’Autriche. Ce territoire, correspondant en partie à l’ancienne Rhétie, vient donc confirmer l’hypothèse d’une invention du tonneau par les Rhètes. Gagneux-Granade a notamment recensé des douelles et lames de fonds en chêne de 500 av. J.-C. à Bressanone, un puits du 5e siècle avant J.-C. réalisé en chêne et sapin argenté près de Côme ainsi qu’une moitié de barrique fossilisée à Calvatone, à l’Ouest de Mantoue, utilisée comme cuvelage de puits et datant du 1er siècle.

Les futures découvertes archéologiques permettront peut-être un jour de préciser les origines du tonneau et d’attribuer de façon formelle son invention à tel ou tel peuple. Une certitude néanmoins : le tonneau a été inventé dans la région alpine et les Romains sont à l’origine de son utilisation à grande échelle !

 

Continuez à nous suivre sur les réseaux sociaux pour découvrir la suite des articles de cette série sur l’histoire de la tonnellerie consacrés à l’évolution de la forme des tonneaux, aux bois utilisés au cours des siècles pour la fabrication des tonneaux, au cerclage des tonneaux et aux différentes découvertes sur les apports du chêne au vin lors de l’élevage !

 

 

 

Visuel 1 : Photographie d’une barrique La Grange © Christophe Deschanel

Visuel 2 : Tonneau utilisé en réemploi comme cuvelage de puits, fouilles de la ZAC du Vieux Port à Reims © INRAP

Visuel 3 : Détail d’un bas-relief de la colonne Trajanne (107-113 ap. J.-C.) sur lequel on distingue deux hommes chargeant des tonneaux sur une barque © D.R.

À lire aussi
Archives mensuelles