Retour en haut de la page
< Retour aux actualités
Histoires de familles par Guillaume Tozer

Louis Charlois (1721-1776)

30 juillet 2020

Fils de Jacques Charlois et d’Antoinette Gauthier, Louis, quatrième génération, nait à Chaulgnes le 12 février 1721 pendant la Régence (1715-1723), période au cours de laquelle Philippe d’Orléans exerce le pouvoir au nom de Louis XV, alors trop jeune pour gouverner.

 

Au niveau de l’histoire forestière locale, l’arrêt du 9 décembre 1687 prescrit la mise en réserve du quart des Bertranges et une exploitation en taillis sous futaie à la révolution de 16 ans pour le reste de la forêt. Le 5 août 1738, le quart de réserve est porté à 1.131 arpents (soit environ 580 hectares), avec instauration d’une révolution de 20 ans pour le reste de la forêt. Mais la pression des utilisateurs est très forte et la période est marquée par de nombreux litiges, notamment entre les usagers et les Bénédictins du prieuré de La Charité.

 

C’est dans ce contexte que Louis Charlois, fils, petit-fils et arrière-petit-fils de fendeur, s’installe en tant que couvreur comme l’indique l’acte de naissance de sa première fille, Marie, née le 25 août 1743. Ce métier n’est cependant pas choisi au hasard puisque le père de Louis exerçait déjà simultanément les métiers de fendeur et de couvreur. Ce même acte indique que le parrain de Marie, Jean Blondelet, exerce la profession de tuilier. Chaulgnes connaît donc à cette époque une double tradition de couverture : la tuile et le bardeau comme le laisse supposer l’acte de décès d’Estiennette Charlois qui précise que son père, Louis Charlois, cousin germain de Jacques Charlois (1689-1733) est couvreur en esseaulme (tuiles de chêne) en 1730.

 

Louis Charlois épouse Reine Blondelet en 1742. Également originaire de Chaulgnes et née, comme Louis, en 1721. Reine est fille de vigneron. Les actes de naissance de Louis et Reine nous révèlent par ailleurs qu’ils ont tous les deux la même marraine : Reine Raisin, femme de Claude Charlois, le frère du père de Louis.

 

Louis Charlois meurt le 28 janvier 1776, trois jours après sa femme : « veuf de defuncte Reine Blondelet morte et enterrée trois jours avant lui ». Son acte de décès précise que Louis était fabricien de la paroisse de Chaulgnes. Une information importante puisqu’elle témoigne de la position sociale qu’il occupait au sein de la paroisse. Le conseil de Fabrique qui gérait tous les biens et revenus d’une paroisse était en effet composé de 7 à 11 membres désignés parmi les « notables ».

 

Nous vous donnons rendez-vous après une petite pause estivale pour découvrir la suite de l’histoire de la famille Charlois et bien d’autres nouvelles qui promettent une rentrée riche en actualités.

 

 

Visuel : Acte de naissance de Marie Charlois daté du 25 août 1743 © Archives départementales de la Nièvre

Archives mensuelles