Retour en haut de la page
< Retour aux actualités
Histoire des vignobles

Les vignobles nivernais – Pouilly-sur-Loire

5 septembre 2019

« Histoire des vignobles » est une série d’articles qui présente l’histoire des vignobles de France et du monde.

 

La présence de la vigne est attestée dans la Nièvre dès l’époque gallo-romaine mais, comme dans de nombreux autres vignobles, la viticulture nivernaise a véritablement pris son essor au Moyen Âge grâce aux ordres religieux. Les moines Bénédictins œuvrèrent ainsi au développement du vignoble de Pouilly-sur-Loire tandis que les Cisterciens de l’Abbaye de la Roche, à Myennes, ont promu les vins du Giennois. Plus au sud, les Clunisiens de l’abbaye de la Charité-sur-Loire ont largement participé, aux côtés des Cisterciens de Bourras, au développement des coteaux de La Charité.

 

Les vignobles de la Nièvre se trouvent principalement sur la bordure occidentale du département et couvrent aujourd’hui environ 1500 hectares (Pouilly-sur-Loire et Pouilly Fumé : 1.240 hectares ; Coteaux du Giennois : 200 hectares, dont une partie dans le département du Loiret ; Côtes de La Charité : 40 hectares ; Coteaux de Tannay : une vingtaine d’hectares ; et les Vins de pays de Riousse pour quelques hectares), alors qu’ils s’étendaient sur environ 10.000 hectares en 1860 et 5.917 hectares en 1909. La proximité de la Loire favorisa l’export des vins de la Nièvre vers l’ouest et permet de comprendre pourquoi la Nièvre viticole ne fait pas partie, comme les autres départements bourguignons, de la région viticole des vins de Bourgogne mais de celle des vins du Val de Loire. Sous l’Ancien Régime, aucune route ne permettait par ailleurs de traverser le Morvan ce qui a eu pour conséquence de limiter les échanges commerciaux entre la Nièvre et la Bourgogne viticole.

 

À la fin du 19e siècle, les principaux cépages utilisés étaient, pour les vins rouges, les Gamay, Pinot, Teinturier, et pour les blancs, les Chardonnay, Sauvignon et Melon dans la région de Tannay. Une partie de ces vins était destinée à la consommation locale et familiale alors que les vins de Pouilly étaient expédiés à Paris et à la Cour. Aujourd’hui, le cépage le plus cultivé dans la Nièvre est le sauvignon, lié à l’hégémonie des vins blancs de Pouilly Fumé qui doit son nom à la pruine grise, couleur de fumée, qui recouvre les grains de sauvignon à maturité et au « goût de pierre-à-fusil » (arôme minéral de silex chauffé) lié aux terroirs de Pouilly-sur-Loire.

 

© Christophe Deschanel

Archives mensuelles