Retour en haut de la page
< Retour aux actualités
Du genre Quercus

Le Chêne rouge d’Amérique

22 octobre 2020

Le chêne rouge d’Amérique (Quercus rubra) est un arbre de la famille des Fagacées. Il doit son nom à la couleur flamboyante de ses feuilles à l’automne.

 

Arbre à feuillage caduc, le chêne rouge mesure de 25 à 35 mètres et sa longévité est comprise entre 150 et 200 ans avec une croissance juvénile très forte. Il possède un tronc légèrement flexueux* et souvent fourchu. Son houppier est aéré. Les feuilles du chêne rouge, longues de 12 à 20 cm, comportent 7 ou 9 lobes terminés par 1 ou 3 pointes. Ses feuilles deviennent brunes ou rouges à l’automne. Les glands du chêne rouge sont assez gros (longs de 2 à 2,5 cm) et logés dans des cupules aplaties embrassant moins du tiers de la longueur du gland.

 

Répartition géographique du chêne rouge d’Amérique

 

L’aire naturelle du chêne rouge s’étend à la moitié orientale des États-Unis et au sud-est du Canada (sud des provinces de l’Ontario et du Québec).

 

Il a été introduit en France au 18e siècle comme espèce ornementale. Il est principalement présent dans le nord-est, le centre et le sud-ouest jusqu’à 800 mètres d’altitude. Les régions à climat méditerranéen et les stations d’altitude ne lui conviennent pas. La ressource française en chêne rouge représente environ 7 millions de m3 de bois sur pied.

 

Utilisation du chêne rouge d’Amérique

 

Aux États-Unis et au Canada, le chêne rouge, dont la densité du bois est assez forte à forte, est utilisé pour les emplois intérieurs en ébénisterie, décoration, parqueterie, escaliers, huisserie, bois courbé et mobilier.

 

Le chêne rouge ne convient pas pour la confection de tonneaux de vins et alcools car il présente peu ou pas de thylles**.

 

Particularités du chêne rouge d’Amérique

 

Le chêne rouge d’Amérique est une espèce tolérante à l’ombrage. Ses feuilles rouges à la saison automnale lui confèrent un grand intérêt paysager et ornemental.

 

 

*Courbé alternativement dans divers sens.

**Lors de la duramisation (transformation de l’aubier en bois de cœur), les thylles sont des excroissances cellulaires qui obstruent les pores du bois et le rendent imperméable.

 

Visuels © D.R.

Archives mensuelles