Retour en haut de la page
< Retour aux actualités

Le chêne de Garry

7 avril 2022

Le chêne de Garry (Quercus garryana), également appelé chêne blanc de l’Oregon, est un arbre de la famille des Fagacées dont l’aire naturelle s’étend à la côte ouest des États-Unis d’Amérique, du sud de la Californie à la frontière canadienne. Rare en Colombie britannique, il est néanmoins présent au sud-est de l’île de Vancouver et sur les bords de la rivière Fraser.

Ce chêne doit son nom au botaniste David Douglas qui le nomma ainsi au début des années 1800 en l’honneur de son ami, Nicholas Garry, gouverneur adjoint de la Hudson’s Bay Company.

 

Utilisation du chêne de Garry

Le chêne de Garry appartient au groupe des chênes blancs. Son bois, de couleur brun pâle, est dur, résistant et possède un grain fin.

Le bois du chêne de Garry est utilisé localement en ébénisterie et comme bois de chauffage. Il fut également autrefois employé pour la construction navale.

 

Particularités du chêne de Garry

Le chêne de Garry est le plus grand chêne de la région côtière du nord-ouest des États-Unis. Il pousse dans les vallées basses ou les plateaux, loin des embruns de la côte, de préférence sur sols limoneux, riches et frais. Il est également présent sur sols secs, argiles lourdes, lits de rivière inondés en hiver, forêts mixtes… Le chêne de Garry est réduit à l’état d’arbuste en altitude. C’est une espèce qui supporte parfaitement la chaleur et la sécheresse.  

Arbre à feuillage caduc, le chêne de Garry peut atteindre 25 mètres de hauteur. Ses feuilles, longues de 2,5 à 15 cm sur 1,5 à 8,5 cm de large, possèdent un limbe obovale (ovale renversé), elliptique ou presque arrondi. Ses glands, oblongs à globuleux, sont longs de 1,2 à 4 cm sur 1 à 2,2 cm de large. Solitaires ou groupés jusqu’à trois, ils sont subsessiles (presque sessiles) ou rarement portés par un pédoncule de 1 à 2 cm, et logés dans des cupules enchâssant jusqu’au tiers du gland.

 

Visuels © D.R.

À lire aussi
Archives mensuelles