Retour en haut de la page
< Retour aux actualités
Contes et légendes

La bête de la forêt

7 mai 2020

« C’était une fois un bon vieux bûcheron qui travaillait dans une forêt. Il avait trois filles qui lui apportaient à manger tour à tour. » Une fois le décor sylvestre planté, le récit de La bête de la forêt se poursuit avec la rencontre entre le bûcheron et la bête mystérieuse et effrayante qui l’habite. La bête menace alors le bûcheron de le dévorer s’il ne lui donne pas l’une de ses trois filles en mariage. La première et la seconde de ses filles, effrayées par « la bête effroyable qui vit dans la forêt », refusent de l’épouser tandis que la plus jeune accepte et est emportée par la bête au fond des bois.

 

L’époux-animal emmène ainsi la plus jeune des filles du bûcheron dans un grand et magnifique château et se transforme alors en un bel homme fortuné. Mais la belle et la bête ne connaissent pas tout de suite la fin heureuse des contes. L’histoire se poursuit, la fille du bûcheron ouvre une porte dans le château qu’elle n’aurait pas dû ouvrir et son époux se transforme à nouveau en bête condamnée à errer pendant sept ans. S’ensuit une longue quête pour retrouver l’époux disparu qui s’achève après de multiples péripéties par le retour au château où ils « retrouvèrent le bûcheron, sa femme et ses deux filles qui les attendaient toujours. Et ils furent tous très heureux. »

 

Comme bien souvent dans les contes, la forêt apparaît dans ce récit comme le pendant de la sauvagerie et de la monstruosité de la bête tandis que le château, associé à la civilisation, est synonyme de beauté et d’opulence.

 

La bête de la forêt,  conte recueilli par Achille Millien en 1886 auprès de Louis Briffault, cultivateur à Montigny-aux-Amognes, a par la suite été publié en 1953 dans Contes du Nivernais et du Morvan de Paul Delarue.

 

La bête de la forêt est un conte de type AT 425* dont la version la plus connue est celle de La Belle et la Bête, cette histoire possédant plus de 1100 variantes**.

 

 

*Conte-type AT 425 (« La recherche de l’époux disparu ») dans la classification Aarne-Thompson.

**La Belle et la Bête est l’un des contes les plus célèbres de la littérature française. Conte féérique et philosophique publié en 1740 par Gabrielle de Villeneuve, La Belle et la Bête raconte une histoire de rédemption par l’amour sur fond de rivalités entre fées et propose des réflexions sur l’amour, les liens familiaux et toutes les formes de pouvoir. Jeanne-Marie Leprince de Beaumont adapte ensuite l’histoire pour un jeune public en simplifiant l’intrigue et en interrompant l’histoire à mi-course. Cette nouvelle version, publiée en 1757, est reprise de nombreuses fois et éditée sans discontinuer depuis plus de deux siècles.

 

Visuel 1 : La bête de la forêt (Contes du Nivernais et du Morvan, A. Millien et P. Delarue)

Visuel 2 : La Belle et la Bête (Paris, Librairie Hachette et Cie, vers 1870)

Archives mensuelles