Retour en haut de la page
< Retour aux actualités
Au vignoble et au cellier - 1910

Juillet au vignoble

7 juillet 2020

« Au vignoble et au cellier – 1910 » est une série d’articles que nous vous présentons tout au long de l’année 2020, mois par mois. Les articles sont issus de l’Annuaire du commerce des vins de 1910 et décrivent les différents travaux nécessaires à la production de raisin et de vin au début du XXe siècle.

 

 

Juillet au vignoble

 

En 1910 au mois de juillet, les travaux au vignoble sont marqués par un léger travail du sol, différents travaux en verts, des traitements contre les maladies et parasites, et enfin la surveillance du phénomène de cavitation dû aux fortes chaleurs.

 

 

En juillet, voici ce que l’on peut lire dans l’Annuaire du commerce des vins de 1910  

 

Culture – Aussitôt après la fleur, un binage superficiel est nécessaire.

 

On termine le liage des sarments de la branche à bois ; on rogne à la hauteur de l’échalas tous les rameaux qu’on vient de lier. On visite les greffes pour enlever les drageons (1). Enfin il est utile de répéter fréquemment les façons d’été.

 

Le folletage (2) est un accident déterminé par une brusque et forte évaporation des feuilles gorgées d’eau, puis soumises tout à coup à l’action du soleil. On ne connait aucun remède contre le folletage. Seul le drainage peut diminuer les chances du mal en régularisant les conditions d’humidité du milieu. On conseille d’arracher et de remplacer les ceps gravement atteints ; car ils reprennent difficilement leur vigueur.

 

Lutte antiparasitaire – Employer l’eau céleste (3) contre les chenilles et contre la pyrale passée à l’état parfait. Dans la première quinzaine du mois faire un traitement contre le mildew [mildiou] et contre les rots, combattre l’anthracnose. Durant la deuxième quinzaine, troisième traitement contre l’oïdium et parfois, à la fin du mois, nouveau traitement contre le mildew [mildiou].

 

 

De nos jours en juillet

 

Les travaux sont semblables : il s’agit d’effectuer des traitements phytosanitaires pour protéger la vigne des maladies et des ravageurs et de procéder à l’écimage des rameaux. Ce dernier permet de favoriser l’ensoleillement et l’aération des grappes, il améliore la maturation des raisins et facilite le passage des tracteurs,  il permet également de maintenir le port dressé de la vigne.

 

 

(1) Les drageons sont des pousses issues directement d’une racine du pied de vigne.

(2) Le folletage est également appelé embolie gazeuse ou cavitation. Ce phénomène entraine, dans un premier temps, le dessèchement des vieilles feuilles, et peut aller jusqu’à la mort du pied s’il est très sévère.

(3) L’eau céleste tire son nom de sa couleur bleue, c’est une préparation utilisée pour le traitement du feuillage de la vigne obtenue en mélangeant de l’ammoniac et du sulfate de cuivre. L’eau céleste est à la base de la bouillie bourguignonne, elle-même, composée de carbonate de soude et de sulfate de cuivre pour traiter les vignes contre le mildiou.

Archives mensuelles