Retour en haut de la page
< Retour aux actualités
Culture

Colbert et la Nièvre – Acte IV La réformation des bois et forêts du duché

21 novembre 2019

À peine rentré de sa première tournée dans la Nièvre, durant laquelle il prit possession du duché pour le compte de Mazarin, Colbert demanda au cardinal, le 23 novembre 1659, de lui « donner, pendant tout cet hyver, seize de ses gardes pour mettre dans le duché de Nivernois et travailler à la conservation des forests. » Colbert précise dans sa lettre qu’il souhaite que Monsieur de Besmaux lui envoie « les plus sages de la compagnie et qu[‘il ait] pouvoir de renvoyer ceux qui n’en useront pas comme ils doivent. » Il fait ici référence à François de Montlezun, seigneur de Besmaux, capitaine des gardes du cardinal Mazarin et gouverneur de la Bastille à partir de l’année 1658.

 

Lors de son séjour, Colbert mesura en effet l’importance stratégique des bois et forêts dans le duché. Colbert auquel on attribue la célèbre formule « la France périra faute de bois », souhaitait mettre de l’ordre et rationaliser la gestion forestière pour enrayer la disparition des surfaces boisées. Pour cela, il fit prendre à Mazarin, au cours du mois de décembre 1659, la décision de réformer les forêts de ses duchés de Nevers et de Mayenne. Mazarin fit ainsi donner l’ordre de supprimer tous droits d’usage usurpés, de faire réaliser les arpentages et plans utiles mais également de procéder au jugement de tous les abus et délits constatés dans ses forêts.

 

Colbert continua à consacrer sa plus grande attention au duché de Nevers et à ses vastes surfaces boisées. Il revint l’année suivante pour un nouveau voyage dans le duché de Nevers et, suite à la mort de Mazarin en 1661, devint Intendant des Finances ayant le département des bois.

Archives mensuelles
Tous les tags