Retour en haut de la page
< Retour aux actualités
Du genre Quercus

Le Chêne kermès

20 août 2020

Le chêne kermès (Quercus coccifera), également appelé chêne des garrigues, est un arbre de la famille des Fagacées. Il tire son nom de l’insecte qui le parasite, la cochenille Kermès vermilio, qui fournissait autrefois, après séchage et broyage, une teinture rouge écarlate.

 

Arbre à feuillage persistant, le chêne kermès se présente généralement sous la forme d’un arbrisseau buissonnant drageonnant* de 0,25 à 1,5 mètres de hauteur ou, plus rarement, sous la forme d’un petit arbre de 4 à 7 mètres de hauteur. Son tronc est tortueux et fortement ramifié. Ses feuilles courtement pétiolées sont assez petites, très coriaces et épineuses. Elles persistent 2 ou 3 ans. Les glands du chêne kermès (longs de 1,2 à 4,5 cm) sont solitaires ou disposés par paires sur un pédoncule fructifère long de 0,4 à 1,5 cm. Les glands sont logés dans des cupules formées d’écailles prenant l’apparence de petites pointes rigides.

 

Répartition géographique du chêne kermès

 

L’aire naturelle du chêne kermès s’étend sur le pourtour du bassin méditerranéen : Albanie, Algérie, Chypre, Crimée, Croatie, Espagne, France, Grèce, Israël, Italie, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Portugal, Slovénie, Syrie, Tunisie et Turquie.

En France, le chêne kermès est présent en Occitanie et en Provence-Alpes-Côte d’Azur (jusque dans la Drôme au nord en région Auvergne-Rhône-Alpes) jusqu’à 1000 mètres d’altitude. L’arbre est très présent dans les Calanques de Marseille et dans les massifs des Bouches-du-Rhône comme celui de la Montagne Sainte-Victoire.

 

Utilisation du chêne kermès

 

Son bois, très dur, est un excellent combustible. Le chêne kermès est également très estimé pour le tannage car l’écorce de ses racines est très riche en tannins.

 

Particularités du chêne kermès

 

Le chêne kermès est une des espèces typiques de la garrigue provençale avec le genévrier oxycèdre, le jasmin ligneux et l’aphyllante. Très adapté à la sécheresse, le chêne kermès forme des fourrés impénétrables, délaissés par la faune à cause de ses feuilles épineuses. Ce type de végétation favorise par conséquent la propagation des incendies. Sa souche drageonnante lui permet néanmoins de repousser vigoureusement après un incendie.

 

 

*Se dit des espèces végétales produisant des drageons qui sont des rejets naissants sur les racines.

 

Visuels © D.R.

 

 

Archives mensuelles