Retour en haut de la page
< Retour aux actualités

Agrovitiforesterie

5 janvier 2021

L’agroécologie* constitue un ensemble de pratiques visant à concevoir autrement les systèmes de production en y réintroduisant bien souvent ce qui existait autrefois. L’agroécologie s’oppose donc au modèle de la monoculture intensive qui, dans le secteur viticole, se traduit par des vignobles de monoculture en rangs. Les pratiques viticoles ancestrales liées à l’arbre, que ce soit quand il sert de tuteur ou quand il est complanté, pourraient donc jouer un rôle essentiel dans ce retour à une viticulture biodiversifiée. À condition que les acteurs de la filière s’y retrouvent et que le modèle soit économiquement viable.

 

L’article sur l’agrovitiforesterie auquel nous nous sommes prêtés et paru dans la Revue des Œnologues invite à (re)découvrir des pratiques viticoles ancestrales aujourd’hui étudiées à la loupe par les scientifiques pour mesurer les effets du compagnonnage entre l’arbre et la vigne.

 

Car c’est bien tout l’enjeu des études menées ces dernières années dans les vignobles complantés : mesurer si les apports des arbres aux vignes sont supérieurs à leurs contraintes notamment au niveau de la concurrence hydrique ou azotée et au niveau de l’éclairement. Et ainsi permettre à l’arbre de retrouver toute sa place dans les vignobles comme c’était le cas autrefois avec la conduite de la vigne sur arbre ou culture en hautains, la complantation ou bien encore la joualle**.

 

 

Retrouvez l’intégralité de l’article sur l’agrovitiforesterie dans le numéro 178 paru en janvier 2021 ainsi que le dossier spécial consacré à l’agroécologie dans le numéro 177 de la Revue des Œnologues du mois de novembre 2020.

 

 

*Pour le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, « l’agroécologie réintroduit de la diversité dans les systèmes de production agricole et restaure une mosaïque paysagère diversifiée (ex : diversification des cultures et allongement des rotations, implantation d’infrastructures agro-écologiques…) et le rôle de la biodiversité comme facteur de production est renforcé, voire restauré. »

**Vigne plantée de façon à laisser des bandes de terrain destinées à d’autres cultures, comme celle des arbres fruitiers par exemple.

 

 

Visuel 1 : Vite maritata, Italie © D.R.

Visuel 2 : La fête des vendanges de Raffaello Sorbi, 1893 © D.R.

Visuel 3 : Agrovitiforesterie au domaine départemental de Restinclières (Hérault) © D.R.

À lire aussi
Archives mensuelles