Retour en haut de la page
< Retour aux actualités
Culture

Acquisition d’œuvres d’art : Icones lignorum exoticorum et nostratium de Sepp et Houttuyn

17 janvier 2019

L’ouvrage – l’un des plus beaux jamais publiés sur le bois – rassemble une collection de gravures sur cuivre d’échantillons de bois européens et exotiques colorés à la main d’après nature.

L’ouvrage – l’un des plus beaux jamais publiés sur le bois – rassemble une collection de gravures sur cuivre d’échantillons de bois européens et exotiques colorés à la main d’après nature comme le précise le naturaliste et éditeur Jan Christian Sepp dans son avant-propos : « Collection de Bois très nette & très exactement représentée en planches de cuivre (cet ouvrage étant le premier jusqu’à présent & l’unique dans ce genre) & mise en Couleur d’après Nature avec tout le soin possible ». Cet exemplaire de la première édition de 1773 comprend 84 planches sur lesquelles sont représentées entre 7 et 9 essences de bois. Icones lignorum exoticorum et nostratium a par la suite été complété avec un supplément de 16 planches et enrichi d’un frontispice sur la page de titre en 1791. Il est publié dans sa version complète, 106 planches, en 1795.

Jan Christian Sepp s’est dans un premier temps basé sur l’ouvrage de Johann Michael Seligmann intitulé Abbildungen in- und Ausländischer Hölzer pour publier Icones lignorum exoticorum et nostratium (Représentation des bois, des arbres & arbrisseaux tant du Pays qu’Etrangers). Sepp a complété le corpus de Seligmann avec la collection de bois, ou xylothèque, rassemblée par le physicien hollandais Maarten Houttuyn et celle du révérend Hazeu à Rotterdam pour les bois provenant des Antilles.

Le texte d’explication des gravures en regard de chaque planche, est en cinq langues : latin, français, anglais, allemand et néerlandais. Sepp a également choisi d’insérer cinq pages de titre, une pour chaque langue. Cet exemplaire de la première édition du livre de Sepp et Houttuyn a appartenu au célèbre botaniste Philippe de Vilmorin comme en atteste son ex-libris aux iris contrecollé sur la page de garde. Enfin, parmi les centaines d’essences de bois recensées dans l’ouvrage, on trouve plusieurs représentations d’essences de chêne comme le « Chêne de la sorte rayée », le « Chêne noiratre d’eaux marines », le « Chêne à rayes blanchâtres », le « Chêne de Virginie », le « Chêne de Pline, L. XVI, C 5 », le « Chêne de l’Isle de Zante », le « Chêne des Montagnes du Tyrol », le « Chêne des Montagnes du Tyrol d’une autre sorte », le « Chêne frisé des Montagnes du Tyrol », le « Chêne vert à bosses, avec écorce de liège », le « Rouvre noueux », le « Très beau rouvre noueux » et le « Chêne qu’on trouve sous terre ».

Archives mensuelles
Tous les tags