Retour en haut de la page
< Retour aux actualités
Le Chêne

Abécédaire des grandes chênaies de France – Orient, les promesses de l’aube

23 juillet 2019

Paru en octobre 2018, le livre Le Chêne en majesté, de la forêt au vin met en lumière le concept de terroir forestier : un sol et une exposition, une pluviométrie particulière, un ensoleillement spécifique, auxquels il faut ajouter un type d’essences, une densité de plantation et un âge moyen, qui vont influencer le grain et la qualité du bois. La valeur d’une haute futaie de chênes dépend donc de son terroir et de la manière dont elle a été « conduite », dirait un vigneron, ou « gérée », dit l’expert forestier.

Le livre, richement illustré de photographies, dresse notamment, à travers un abécédaire forestier offrant aux lecteurs de nombreux détails géographiques, mésoclimatiques, géologiques et historiques, la liste de vingt-six chênaies parmi les plus belles de France, à l’image de la forêt d’Orient.

 

 

Au levant, à l’aube, à l’orient, dans le Sud de la Champagne, s’étend le massif de la forêt d’Orient, un vaste ensemble de 26 300 hectares. Une forêt privée pour l’essentiel (20 500 ha), mais aussi communale (3 700 ha) et domaniale (2 100 ha). Insérée entre les vallées de l’Aube et de la Seine d’un côté et entre la Champagne crayeuse et la Côte des Bar de l’autre, la forêt est assise sur une auréole déprimée argileuse de la Champagne humide. Sur ces limons assez profonds, vite gorgés d’eau (750 millimètres de pluie par an), les chênes sont en majorité, à 80 %.

 

Ce massif forestier est très ancien, puisqu’il est déjà répertorié sur la carte de Cassini au XVIIIe siècle, et se décompose en plusieurs forêts encore plus anciennes. Celle du Grand- Orient, nommée ainsi en souvenir des chevaliers d’Orient, hospitaliers et moines soldats du Moyen Âge. Cette forêt était la propriété des Hôpitaux de Troyes avant d’être vendue au maroquinier Hermès, qui l’a à son tour cédée au Conservatoire du littoral. La forêt du Temple, elle, a appartenu aux Templiers jusqu’en 1312, lorsque le pape a dissous l’ordre du Temple ; les bois sont alors passés sous la coupe des chevaliers de Malte, puis sont devenus propriété de l’État à la Révolution. Elle est aujourd’hui gérée par l’ONF, tout comme la forêt du Petit-Orient plus à l’ouest, dans un ensemble qui couvre 4 500 hectares.

 

Le massif forestier est intégré au Parc naturel régional de la forêt d’Orient et se caractérise par trois lacs immenses créés dans les années 1960 pour réguler le cours de la Seine et protéger Paris des crues. Le lac d’Orient, initialement appelé lac-réservoir Seine, couvre à lui seul 2 300 hectares ; il est doté d’un canal d’amenée et d’un canal de restitution. Les lacs Amance et du Temple forment le lac-réservoir Aube (2 320 ha). Plus au nord, le lac-réservoir du Der, en dérivation de la Marne, rappelle l’ancien nom de cette vaste forêt, der signifiant « chêne » en gaulois.

 

 

Retrouvez l’intégralité de l’abécédaire des grandes chênaies de France, et bien plus encore, dans Le chêne en majesté, de la forêt au vin de Sylvain Charlois et Thierry Dussard.

Archives mensuelles
Tous les tags